Le Fer et La Croix

Forum du site www.leferetlacroix.com
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexionnous contacter

Partagez | 
 

 Typologie des Epées : OAKESCHOTT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Frère Abel
Maître
Maître
avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 28/01/2013

MessageSujet: Typologie des Epées : OAKESCHOTT   Dim 13 Nov 2016 - 14:14

Etant donné que la question revient souvent, et au regard du post de Dyonis, j'ai décidé de ré-éditer ici le résumé de la typologie d'Oakeschott qu'il a trouvé et traduit.

Pour de plus amples informations, je vous invite à vous procurer l'oeuvre d' E. Oakeschott : "Records of the Medieval Sword" (ici par exemple : https://www.amazon.fr/Records-Medieval-Sword-Oakeshott-Oct-2012/dp/B00FBXOM9G/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1479035505&sr=1-1&keywords=record+of+the+sword ; ou peut être chez rêves d'acier à Paris).
Attention, le livre est en anglais et il n'existe pas de version française.

Ce post n'est pas destiné à recevoir d'autres messages, merci d'envoyer vos remarques en MP s'il y a des corrections à faire.




X Type
Oakeshott X décrit le type d'épée commune dans l'âge avancé Viking, restant observable jusqu'au 13ème siècle. Il dispose d'une lame large et plate avec une longueur moyenne de 80 cm, avec une saignée très large et peu profonde qui court presque sur toute la longueur de la lame , mais s'arrête juste avant la pointe (qui est généralement arrondie). La poignée a la même longueur moyenne que les épées antérieures Viking, d'environ 9 centimètres. La soie est généralement très plate et large, et se rétrécit brusquement vers le pommeau . La croix ou contre-garde est de section carrée, environ 18-20 centimètres, en se rétrécissant vers les pointes, dans certains cas rares légèrement incurvées. Le type X est plus étroit que l'épée typique Viking, ce qui représente un type de transition vers l'épée chevaleresque du haut Moyen Age . Les gens du dixième siècle appelaient ce type d'épée "gaddhjalt" ( ce qui signifie garde en forme de pic). Le pommeau prend généralement une forme de noix du Brésil, ovale ou une forme de disque. L'incrustation "Ulfberht" est caractéristique du type X .

En 1981 Oakeshott a présenté le sous-type Xa, y compris le fer avec des lames similaires, mais plus complète plus étroite, à l'origine classé dans le type XI.

Type XI
Pointe resserrée, en cours d'utilisation vers 1100-1175 . Elle dispose d'une courte poignée semblable au type x, mais une lame plus longue, plus mince adaptée pour sabrer à cheval. Souvent les caractéristiques d'une pointe aiguë, mais généralement trop flexible pour l'estoc. Le sous-type XIa a une lame plus large plus courte.

Type XII
Typique du Haut Moyen Age , ces épées commencent à montrer un rétrécissement de la lame avec raccourcissement, ce qui entraîne des caractéristiques de poussée améliorées tout en conservant les capacités de coupe. Un grand nombre d'exemplaires médiévaux de ce type ont survécu. Ca existait certainement à la fin du 13ème siècle, et peut-être beaucoup plus tôt, puisque le Schweizerisches Landesmuseum de Zurich possède un exemplaire avec garde de type Viking, mais bien une lame de type XII. Le sous-type XIIa (initialement classé comme XIIIa) se compose des grandes épées, plus longues et plus massives, qui apparaissent dans le milieu du 13ème siècle, probablement destinées à contrer l'amélioration des armures de l'époque et les prédécesseurs des longues épées plus tard. La plus ancienne représentation connue d'une épée de type XII dans l'art, peut être vue dans la statue de l'archange Michel dans la cathédrale de Bamberg datant de 1200. La Bible de Maciejowski (1245) décrit d'autres exemplaires.

Une épée à une seule main de type transitoire XII a une prise en main d'environ 11 cm de longueur. [1]

Type Xlla dispose d'une poignée similaire à celle de XlIIa. Le XIIa faisait à l' origine partie de la classification XIIIa, mais Oakeshott a décidé qu'ils "se rétrécissaient trop fortement" et étaient «trop aiguë" pour répondre de façon appropriée. [2]

Type XIII
L'épée se caractérise comme l'épée d'un chevalier classique qui s'est développée au cours des l'âges et des Croisades . En règle générale, les exemplaires datent de la seconde moitié du 13ème siècle. Les épées de type XIII comportent comme caractéristique, une longue et large lame avec des bords parallèles, se terminant par une pointe arrondie ou spatulées. La section transversale de la lame a la forme d'une lentille. Les poignées, plus que dans les types précédents, ont généralement environ 15 cm, permettent une utilisation à deux mains occasionnelle. Les gardes sont généralement droites, ainsi que les pommeaux en forme de noix du Brésil ou en forme de disque.

Sous-type XIIIa dispose de plus longues lames et poignées. Ils correspondent aux longues épées de chevaliers ou Grandes épées d'Allemagne, apparaissant souvent au 14ème siècle, mais aussi dans l'art espagnol et anglais. Les premiers exemplaires de ce type apparaissent au 12ème siècle, et il est resté populaire jusqu'au 15ème siècle. Sous-type XIIIb, décrit de plus petites épées de forme similaire.

Très peu d'exemplaires du type XIII existent, tandis que d'autres exemplaires du sous-type XIIIa survivent. Une représentation de l'utilisation à deux mains apparaît dans le psautier Tenison . Une autre représentation du type apparaît dans l'Apocalypse de saint Jean, manuscrit de 1300.

La "grande épée", dans le contexte de la fin du Moyen Âge, est un type «intransportable", en particulier le type XIIIa. Les armes ont été désignées par une variété de noms, comme dans Grans espées d'Allemagne ou «grandes épées d'Allemagne". [3]

Le plus grand sous-type XIIIa est une épée a poignée d' environ 17-23 cm de long. [4]

Type XIV
Ewart Oakeshott décrit la classification des épées de type XIV comme «... lame courte, large et fortement-pointue, effilée fortement à la poignée, de section plate (la fin de la pointe de la lame peut, dans certains exemples, une légère mais perceptible, avec une saignée plus complète en cours d'exécution sur près de la moitié, ou un peu plus, de sa longueur. Cela peut être simple et assez large ou multiple et étroit. La prise en main est généralement courte, bien que certains peuvent être aussi long. La lame est épaisse et a ses côtés parallèles, souvent avec la saignée plus complète s'étendant à mi-chemin jusqu'à la garde. Le pommeau est toujours de la forme "disque", parfois très large et plat. La garde est généralement assez longue et recourbée (très rarement droite) ".

Type XV
Lame effilée de section transversale en forme de diamant et une pointe acérée. En utilisation vers 1300-1500. Les tapes XVa ont plutôt des lames plus étroites et les poignées suffisamment longues pour une utilisation à deux mains, par exemple, les épées d'escrime de l'école de Johannes Liechtenauer .

Type XVI
Une lame de coupe à plat qui se rétrécit en une pointe aigüe, renforcée par une arête clairement définie, ce qui la rend tout aussi efficace pour l'estoc. Ce type ressemble un peu à une version plus mince de type XIV. Longueur de la lame 70-80cm. Les sous-types XVIa ont une lame plus longue avec une saignée plus complète et plus courte (en cours d'usage en général vers le 1/3 bas et dépassant rarement 1/2 de la lame). La prise en main est souvent plus longue pour accueillir une main et demi ou deux mains.

Type XVII
Longue lame effilée de section hexagonale, prise à deux mains. épées lourdes, quelques exemples pesant plus de 2 kg, utilisées pour le combat en armure. En utilisation vers 1360-1420.

Type XVIII
Lames resserrées avec large base, poignée courte, section transversale en diamant. Les sous-types XVIIIa ont des lames étroites avec une prise en main plus grande. Le sous-type XVIIIb a une lame et une poignée plus longue et étaient utilisés vers 1450 à 1520. Le sous-typeXVIIIc: lame large de 90 cm.

Type XIX
Epées du 15ème siècle, souvent pour une utilisation à une main bien que les exemples à deux mains existent, avec des lames larges, plates de section hexagonale, bords presque parallèles (petit profil en forme de cône), foulons étroits, et un ricasso prononcé.

Type XX
14e-15e épée a "une main et demi", souvent avec deux foulons. Sous-type XXa ont des lames plus étroites.

Type XXI
Epées Cinquedea, fin du 15ème siècle. Un peu plus long et moins large que la Cinquedea.

Type XXII
De larges lames plates, deux saignées courtes, foulons étroites, environ vers 1500.

Références
^ Oakeshott, Ewart. L'épée dans l'âge de la Chevalerie. Boydell Press 1994. Page 37.
^ Oakeshott, Ewart. Actes de la Medieval Sword. Boydell Press 1991. Page 89.
^ Oakeshott, Ewart. L'épée dans l'âge de la Chevalerie. Boydell Press 1994. Page 43.
^ Oakeshott, Ewart. L'épée dans l'âge de la Chevalerie. Boydell Press 1994. Page 42.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.rosesables.fr
 
Typologie des Epées : OAKESCHOTT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Typologie des Epées : OAKESCHOTT
» ACP typologie significativité ANOVA
» TYPOLOGIE DES OVNIS
» Réalisation d'une typologie CAH?
» Typologie clientèle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fer et La Croix :: Vivre Templier :: L'équipement :: L'armement-
Sauter vers: